Illustration du tramage d'impression d'une photo

Impression photo : quelle résolution dpi

Comme nous allons le voir, la réponse à la question “Quelle résolution dpi d’image est nécessaire pour mon impression photo ?” est simple. Cependant, pour bien la comprendre plusieurs notions sont importantes à connaitre. Certaines sont physiologiques telle que le champ de vision humain et le pouvoir de séparation. Des autres sont techniques comme la taille d’impression, la définition et la résolution d’une image. Enfin les conditions d’utilisations et la distance d’observation rentrent aussi en jeu.

Différence entre résolution et définition d’image

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est peut-être utile de rappeler de quoi il s’agit quand on parle de résolution d’image.

La plupart du temps, il y a confusion avec le terme “définition” d’image.

La définition d’image

C’est simplement le nombre de pixels de la photo exprimé dans le sens horizontal et vertical.

Des exemples de définitions d’images sont :

  • 1920×1080, 800×600,1600×1200,
  • 3008×2000, 4256×2832, 5568×3712

Toutes ces chiffres sont exprimés en pixels (px).

La résolution d’image

C’est le nombre de pixel par unité de longueur en pouce (inch=pouce=2,54cm). Cette grandeur est justement utile quand on souhaite imprimer une image en maîtrisant la finesse de celle-ci.

Nous parlons de

  • dpi (= dot per inch) en anglais,
  • ppp (point par pouce) en français.

Dans le milieu de la photo la dénomination anglais est plus courante.

Illustration de la pixellisation provoqué par une faible résolution d'image par rapport à sa taille.
Illustration de la pixellisation provoqué par une faible résolution d’image par rapport à sa taille.

 

Illustration de la non-pixellisation provoqué par une résolution adéquate de l'image par rapport à sa taille.
Illustration de la non-pixellisation provoqué par une résolution adéquate de l’image par rapport à sa taille.

 

Impact des limites de la vision humaine sur la qualité d’impression

Quand nous souhaitons imprimer une photographe ou même un document, c’est pour qu’il soit regardé. Ici, nous allons rapidement aborder deux notions de la vision humain dont il est bon d’avoir conscience pour bien comprendre la suite de cet article.

Le champ de vision des humains

Effectivement, les humains ont un champ de vision limité dans l’espace. Ceci nous oblige à prendre du recul par rapport à un objet afin de pouvoir le voir dans son intégralité.

C’est le même phénomène qui nous oblige à monter un objectif grand-angle à la place d’un téléobjectif pour pouvoir cadrer l’ensemble d’un monument si nous sommes trop près de lui.

Schéma de la vision humain
Schéma de la vision humain

 

Le pouvoir de séparation de l’œil humain

La seconde notion pertinente à connaitre est le pouvoir de séparation.

Il s’agit de l’angle minimum formé au niveau de l’œil et de deux points successifs d’une image. La grandeur de cet angle est définie par la limite de distinction de ces deux points. En dessous de cet angle, les points se confondent.

La valeur limite de cet angle est d’environ 0.017° pour l’humain.

Schéma explicatif du pouvoir de séparation de l’œil.
Schéma explicatif du pouvoir de séparation de l’œil.

 

Abaque permettant de définir la résolution d'image nécessaire en fonction de la distance à laquelle la photo est observée.
Abaque permettant de définir la résolution d’image nécessaire en fonction de la distance à laquelle la photo est observée.

Quels sont les impacts ?

De ces deux notions, il en découle les deux impacts suivants :

  • La taille de l’objet impacte sur notre distance d’observation pour le voir entièrement.
  • Notre acquitté visuel dépend de la distance nous séparant de objet regardé.

 

Voici un petit jeu pour illustrer le propos  de cet article

Mise en évidence de la limite du pouvoir de séparation de l’œil humain. Regarder l'image de prêt puis de loin. Vous constaterez qu'à une certaine distance, l'image ne change plus.
Mise en évidence de la limite du pouvoir de séparation de l’œil humain. Regarder l’image de prêt puis de loin. Vous constaterez qu’à une certaine distance, l’image ne change plus.

 

Impact du choix de l’utilisation du tirage sur les caractéristiques d’impression

La seconde notion importante à avoir en tête au moment de la décision d’imprimer une photo, c’est l’usage qu’il sera fait de cette dernière.

En effet, si la photo est destinée à illustrer un article dans un journal classique, la qualité du papier est telle qu’il ne sera pas pertinent de trop monter la résolution d’image.

De même, comme évoqué plus haut, si l’impression de la photo est réalisée en grand format, la distinction des détails précis ne sera pas pertinent.

En pratique, comme choisir sa résolution dpi adéquate

Voici les quelques valeurs de références à garder en tête :

  • tirage d’art : fournir la meilleures qualité possible sans interpolation
  • tirage photo de bonne qualité : entre 150 dpi et 360 dpi en fonction des format
  • supports publicitaires : entre 72 et 150 dpi en fonction de la taille

En réalité, la plupart du temps, il suffit de se référer aux tableaux d’aides disponibles chez les nombreux laboratoires de développement photo.

Et si vous imprimez vous même vos photos, alors ne vous bridez pas. Garder la meilleure qualité possible car qui peut le plus peu le moins.

Est-ce utile d’avoir un capteur avec beaucoup de pixels pour imprimer en grand format ?

Maintenant que vous en savez plus, il est évident que non. La course au pixels n’est plus du tout en rapport avec la qualité d’impression des photos…

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
    21
    Partages
  • 20
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.