Flash cobra Nikon SB-700

Utiliser son flash cobra de manière créative

Bien utiliser son flash est un réel besoin pour un photographe qui souhaite faire face à toute éventualité. Dans cet article, nous aborderons les avantages des flash cobra ainsi que les différents réglages disponibles.

Quand utiliser son flash

Les flash des appareils photo sont uniquement une source de lumière complémentaire. Il est donc primordiale de comprendre qu’ils ne seront jamais capable d’éclairer correctement une scène en tant que lumière principale.

Mais alors, pourquoi existent-ils ?

Dans de nombreuses circonstances, il est nécessaire d’apporter un complément de lumière à la scène pour correctement exposer la photo pour bien mettre en évidence son sujet. Les situations suivantes sont quelques unes des plus classiques :

  • déboucher les ombres trop fortes,
  • réduire le contraste d’une scène,
  • mettre en avant son sujet,
  • figer un mouvement ultra rapide,
  • reveler un sujet en mouvement au milieu de sa trainée de flou

Pour mieux illustrer ces exemples de situations, voici des aperçus sans/avec :

Illustration de l'usage du flash pour déboucher les ombres
Illustration de l’usage du flash pour déboucher les ombres

 

Illustration de l'usage du flash pour réduire les contrastes
Illustration de l’usage du flash pour réduire les contrastes

 

Illustration de l'usage du flash pour mettre en avant son sujet
Illustration de l’usage du flash pour mettre en avant son sujet

 

Illustration de l'usage du flash pour des prises de vue à haute vitesse.
Illustration de l’usage du flash pour des prises de vue à haute vitesse.

Avantage d’utiliser un flash cobra

Les flashs intégrés aux boitiers ont trois défauts essentiels car ils sont :

  • non orientables,
  • peu puissants,
  • trop proche de l’axe de l’objectif.

Non orientable

L’intéret de pouvoir orienter le flash est de pouvoir dirigier le flux de lumière. Ainsi, nous pouvons facilement canaliser la lumière vers une partie de la photo uniquement.

Un cas classique est la technique du bounceflash qui consiste à orienter la tête de son flash cobra vers un mur à coté du sujet de manière à ce que la lumière rebondisse dessus. Ceci engendre deux effets positifs :

  • La lumière semble provenir d’un coté, ce qui donne du modelé au sujet,
  • la surface du mur étant plus ample que la surface de la tête du flash, le sujet reçoit alors une lumière diffuse. Les ombres sur le modèle sont donc plus douces, ce qui est souvent plus flateur pour un portrait de femme par exemple.

Peu puissant

Les flashs intégrés sont souvent beaucoup moins puissant que les flashs cobra. Ce manque de puissance est notamment néphaste quand il s’agit de déboucher des ombres ou lors que l’on cherche à apporter de la lumière à une relative longue distance.

Pour rappel, la puissance de ces types de flash est exprimée avec le nombre guide GN. Pour plus d’information, je vous invite à relire l’article : Lumière : Les 7 paramètres d’une source lumineuse.

trop proche de l’axe de l’objectif

La conséquence de cet inconvénient, est la génération des célèbres yeux rouge. En effet, la lumière provenant des flashs positionnés directement face au modèle vient frapper les fonds de ses yeux qui refletent une lumière teintée en rouge par le sang.

Avec un flash cobra, vous n’aurez quasiment plus à vous soucier de ces aléas.

Quels sont les fonctionnalités d’un flash

Comme on vient de le voir, avoir un flash cobra est bien. Mais savoir s’en servir en sachant le régler c’est mieux. En fonction des appareils photo permettant d’accueillir un fash cobra, les options disponibles peuvent légérement différer. Voici la liste de celles que mon appareil me propose :

  • réglage de la puissance du flash de –3IL à + 1IL par rapport à l’exposition définie correcte par mon boitier,
  • option anti-yeux rouge,
  • déclenchement au second rideau,
  • désactivation du flash.

Il ne faut pas oublier non plus les options directement accéssibles sur le flash lui-même :

  • les différents modes (TTL, Manuel, GN),
  • la largeur du faiseau lumineux (étroit, standard et large),
  • le réglage du zoom, qui revient un peu au réglage de la largeur du faiseau précédent,
  • la possibilité de le déclencher à distance par détection de flash,
  • orientation de la tête,
  • ajout d’un diffuseur intégré,
  • ajout d’un filtre orange ou vert pour corriger la température de couleur.

Je vous invite donc à reprendre en main vos manuels afin de lister les options auxquelles vous avez accès avec votre matériel.

Dans les prochains articles, j’approfondirai plus la pratique et comment réellement maitriser tous ses réglages afin que vous puissiez les utiliser à bon escient pour réussir vos photos.

A très bientôt pour la suite de ce vaste sujet.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
    38
    Partages
  • 37
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  

2 réactions au sujet de « Utiliser son flash cobra de manière créative »

  1. C’est vrai que le flash cobra est vraiment très intéressant dans pleins de situations. Et que le flash intégré à nos appareils photos est pour moi à éviter.
    Je préfère flirter avec une vitesse d’obturation à la limite du flou de bougé ou une sensibilité ISO élevée plutôt que d’utiliser le flash intégré de mon boitier.

    Et pour ne revenir à l’utilisation du flash cobra, il est très simple à utiliser monté sur le boitier mais là ou il devient vraiment intéressant c’est en déporté. Avec des modifieurs tel que des parapluies où des softbox, on peut arriver à des rendus vraiment top. Et surtout, dans cette configuration, il permet vraiment de maîtriser la lumière et l’ambiance qu’on veut mettre dans l’image.

    1. Salut Jérémy,

      Effectivement, l’usage des flashs en générale apporte énormément de possibilité créative dans la photographie. L’un des nombreux avantages des flashs cobra est de pouvoir les emporter partout avec nous pour un poids relativement faible.

      Du coté des flashs intégrés, pour moi, ils peuvent quand même être utiles pour déboucher des ombres ou réduire quelques contrastes. Malheureusement, leur faible puissance et l’impossibilité de les orienter réduit très fortement leur flexibilité et donc leur intérêt.

      Pour moi l’art du photographe est aussi de savoir tirer le maximum des possibilités des matériels que l’on possède. Dans ce sens, avoir un flash intégré à son appareil est une belle opportunité pour progresser et comprendre à comment bien régler l’équilibre la puissance du flash avec les lumières ambiantes d’une scène. Une fois cette technique maîtrisée, il est plus naturelle d’investir dans un cobra pour aller plus loin.

Laisser un commentaire