Illustration du phénomène de bokeh lorsque la la profondeur de champ est réduite.

La profondeur de champ et ses paramètres

La profondeur de champ correspond à l’étendue de netteté d’une image. S’engendrent alors deux zones de flou : d’avant-plan et d’arrière-plan. Le réglage de l’amplitude de celle-ci est influencé par plusieurs paramètres qui sont la focale, la distance de mise au point, l’ouverture du diaphragme et la notion de cercle de confusion. L’ensemble de ces sujets est abordé dans ce nouvel article.

 

La profondeur de champ, c’est quoi ?

Dans le domain de la photographie, la profondeur de champ est un terme fréquemment rencontré. De quoi parlons-nous exactement et que se cache-t-il derrière ce terme.

En une phrase :

La profondeur de champ correspond à l’étendue de la netteté dans la profondeur de l’image.

Dans cette description, il y a plusieurs notions à avoir en tête :

  • la photo n’est pas entièrement nette,
  • il y a deux zones de flou distinctes l’une de l’autre,
  • il y a une référence de positionnement de part et d’autre de laquelle la zone nette est répartie.

Illustrer graphiquement un propos étant souvent plus clair qu’un long discours, voici un exemple de photo où la profondeur de champ est prédominante.

Photo présentant une très faible profondeur de champ.
Fig. 1 – Photo présentant une très faible profondeur de champ.

Sur la photo Fig. 1, nous pouvons constater que la zone de netteté commence vers la base de l’antenne et s’arrête au niveau des pattes arrière de l’insecte. Les éléments en avant-plan (zone 1) et en arrière-plan (zone 2) de cette zone sont flous.

Souvent en photographie, il arrive que l’on rencontre le terme “Bokeh” quand on évoque des photos à faible profondeur de champ. En fait, il ne s’agit pas de la même chose. Le bokeh est un rendu esthétique engendré par les flous de profondeur de champ qui produisent de larges taches claires au niveau des points les plus lumineux de la photo. Ce phénomène est illustré par les photos suivantes.

Illustration du phénomène de bokeh lorsque la la profondeur de champ est réduite.
Fig. 2 – Illustration du phénomène de bokeh lorsque la la profondeur de champ est réduite.

 

Illustration du phénomène de bokeh avec une mise en forme personnalisée.
Fig. 3 – Illustration du phénomène de bokeh avec une mise en forme personnalisée.

Cette seconde photo, présente l’illustration de la mise en forme du bokeh ; ici avec le symbole nucléaire. Un jour, je vous ferai un tutoriel pratique pour savoir comment réaliser ces formes.

 

Quels sont les usages principaux de la profondeur de champ ?

Maintenant que nous savons mieux de quoi nous parlons, il est intéressant de nous pencher sur les utilisations classiques de cette profondeur de champ. En effet, en tant que photographe, il nous importe de savoir quand et pourquoi utiliser cette possibilité pour apporter du sens à nos images. Vous trouverez donc une liste commentée et non exhaustive de cas d’emploi.

mise en évidence du sujet

Il s’agit, je pense, du principal cas d’utilisation de cette technique. Dans le but, d’améliorer la lisibilité de votre image, il est important de pouvoir guider le regard du spectateur. Parmi le panel de techniques disponibles, la différence de netteté entre un sujet net et son fond flou est extrêmement puissante.

Que ce soit pour les figures 1 ou 2 de cet article, les sujets de ces photos ne posent aucun problème d’ambiguïté. Pour la première, le sujet est l’insecte, et pour la seconde le sujet est la boule de Noël accrochée à la branche.

masquage du fond

Dans certains cas, le fond de l’image n’est absolument pas important, et risque même de poser des problèmes de lisibilité de l’image. Si nous nous appuyons de nouveau sur l’exemple de la figure 1 de cet article, le fond de l’image a été totalement masqué par l’intensité du flou d’arrière-plan. Ceci est un réel avantage. Imaginez cette même image avec un ensemble de brins d’herbe en arrière -plan bien net. Notre regard aurait été attiré à de nombreux endroits avant de se fixer sur le réel sujet de la photo : l’insecte.

 

masquage de l’avant-plan comme un grillage

Ce qui peut être masqué en arrière-plan, peut aussi l’être en avant-plan. C’est ce que j’ai illustré par les figures 8 et 9 de mon article “Ouverture du diaphragme, comment la régler“, photo de la chouette blanche. Sur cet exemple, la réduction de la profondeur de champ a permis de réduire l’impact visuel du grillage. Avec un objectif plus lumineux, il aurait été possible de totalement effacer ce grillage.

adoucir une photo

De la même manière, le fait de placer des éléments à l’avant-plan et de les rendre invisibles par une faible profondeur de champ, permet d’adoucir les contrastes de l’image. Cette technique est souvent utilisée en photo animalière ou en portrait pour donner un côté onirique à une photo par exemple.

Illustration de l'adoucissement d'une photo en intercalant des éléments en avant plan flouté par la profondeur de champ
Fig. 4 – Ilustration de l’adoucissement d’une photo en intercalant des éléments en avant plan flouté par la profondeur de champ

 

donner de la profondeur à la photo

Comme tout le monde le sait, à la base une photographie est en deux dimensions. Or, il est souvent intéressant de devoir donner une notion de profondeur à l’image afin d’évoquer la troisième dimension. En fonction du cadrage de la scène, réduire la profondeur de champ peut répondre à ce besoin comme illustré ci-dessous :

Illustration du rendu de la troisième dimension par l'utilisation de la profondeur de champ.
Fig. 5 – Illustration du rendu de la troisième dimension par l’utilisation de la profondeur de champ.

 

augmenter la profondeur de champ pour mêler les plans

Dans certains cas, il s’agit de faire l’inverse. C’est-à-dire d’augmenter au maximum la profondeur de champ afin d’éviter de rendre compte de cette troisième dimension. J’ai utilisé cela pour donner un aspect abstrait et graphique à la photo suivante et pour brouiller la reconnaissance des objets. Pour briser ce secret, le coin d’un banc situé sur une passerelle est représenté sur cette photo.

Illustration d'une grande profondeur de champ pour effacer la troisième dimension dans le but de renforcer l'aspect graphique et abstrait.
Fig. 6 – Illustration d’une grande profondeur de champ pour effacer la troisième dimension dans le but de renforcer l’aspect graphique et abstrait.

 

Les paramètres de la profondeur de champ

Comme annoncé en introduction de l’article, nous allons voir maintenant, les paramètres qui influencent le résultat de la profondeur de champ.

ouverture du diaphragme

C’est ici le paramètre auquel on pense en premier car c’est le plus simple à modifier. Pour rappel, plus la valeur f/ est faible plus la profondeur de champ est faible, et inversement. Je vous invite à lire ou relire l’article “Ouverture du diaphragme, comment la régler” pour plus d’informations sur le sujet.

distance de mise au point

Il faut savoir que plus la mise au point est proche et plus la profondeur de champ est petite. Ceci est intéressant à connaitre, car sachant cela, nous pouvons optimiser notre placement par rapport à la scène photographiée pour amplifier ou non l’étendue de la zone de netteté.

longueur focale

Ici encore, il est bon de savoir que plus la longueur focale utilisée est longue et plus la transition de la zone de netteté sera marquée. Cette particularité est souvent utilisée par les photojournalistes pour isoler une personne dans une foule.

hyperfocale

L’hyperfocale est une technique de réglage du boitier/objectif pour avoir l’étendue de netteté la plus grande possible allante de 50 cm à l’infini par exemple. C’est une technique qui était largement utilisée en photographie de paysage avant l’arrivée des boîtiers numériques. Maintenant, il est plus simple de regarder le rendu de l’image sur l’écran.

 

répartition de l’étendue de la zone de netteté par rapport à la distance de mise au point

C’est une des informations les plus importantes à savoir pour bien maîtriser la position de la zone de netteté. En effet, la plage de réparation de cette zone nette n’est pas répartie de manière égale de part et d’autre du plan de mise au point. En réalité, 1/3 de la zone de netteté sont placée à avant du plan de netteté et 2/3 à l’arrière de celui-ci.

Illustration de la répartition 1/3 et 2/3 de la profondeur de champ par rapport au plan de mise au point.
Fig. 7 – Illustration de la répartition 1/3 et 2/3 de la profondeur de champ par rapport au plan de mise au point.

N’hésitez pas à commenter cet article ci-dessous. Vous pourrez ainsi me laisser vos questions éventuelles que je me ferai un plaisir de répondre directement en commentaire ou en complétant mon article.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
  •  
  •  
  •  
    12
    Partages
  • 11
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire