Pourquoi utiliser le flou dans vos photos

Échangez avec vos amis à propos de cet article, partagez-leur ! ;-)
 
 
     

Du point de vue des débutants, le flou dans une photo est souvent synonyme de photo ratée. Or, quand on commence à pratiquer la photographie, on se rend compte qu’au contraire, le flou est un moyen technique très puissant pour donner du sens à sa photographie. C’est justement le propos de cet article où je vais partager avec vous, pourquoi utiliser le flou dans vos photographies.

1. Flouter l’arrière-plan

Très souvent, dans nos photographies, nous cherchons à mettre en évidence un sujet spécifique. Cependant, dans la vie réelle, il est rare que celui-ci soit indépendant de son environnement ou de son décor. Autant, il est justement possible d’intégrer ce sujet dans son environnement dans le but de montrer l’interaction entre ces deux éléments, autant, il est utile aussi de bien mettre en évident les détails propres du sujet en lui-même.

C’est dans ce dernier cas qu’il est souvent nécessaire de flouter l’arrière-plan pour attirer l’attention du regard du spectateur sur le sujet.

Pour ce faire, il faut réduire la profondeur de champ lors de la prise de vue, ou reproduire cet effet en post-traitement dans Photoshop par exemple.

Je vous renvoi à l’article à propos de la profondeur de champ.

2. Flouter l’avant-plan

Flouter l’avant-plan est quant à elle, une manière de donner de la profondeur à votre photographie. Dans ce cas, il est important de placer un avant-plan, et un arrière-plan autour du sujet.

C’est aussi une manière de donner un sens de lecture à une image ou de donner un aspect artistique à des photographies de portraits par exemple.

Les personnes qui on lu cet article ont aussi lu :   Comment rĂ©aliser un reportage photo

Certains photographes vont mĂŞme tenir dans leur main un objet juste devant la lentille frontale de leur objectif pour obtenir cet effet.

Là encore, je vous renvoi à l’article à propos du flou d’avant-plan pour avoir de plus amples explications.

3. l’effet Maquette ou Tilt-Shift

L’effet maquette ou en anglais le Tilt-Shift, est l’application de la technique précédente sur de vastes sujets comme un paysage par exemple.

La plupart du temps, en photographie de paysage, il est recherché une profondeur de champ la plus étendue possible pour retranscrite le maximum de détail de celui-ci.

Cependant, il est possible de cherche à attirer l’attention sur un détail de celui-ci. C’est là que cette technique prend tout son sens.

Cette technique étant difficile, voir impossible à réaliser directement avec son appareil photo à la prise de vue, il a été rendu populaire avec l’arrivée du numérique et du post-traitement informatique.

Pour plus de détail concernant sa mise en œuvre, je vous renvoie à l’article à propos de cette technique.

4. Le flou de mouvement

Le fameux flou de mouvement à ne surtout pas confondre avec le flou de bougé. Ici, l’idée est de transcrire la notion de mouvement au sujet photographié.

Cette technique peut être très artistique pour les sujets autour de la danse, de la musique ou du sport par exemple.

Ici, l’idée est de ne pas chercher à mettre en avant le sujet en lui-même et ses détails, mais uniquement sa mobilité est ses mouvements.

Dans ce cas, au lieu de chercher à figer le sujet, on le laisse délibérément flou au mieux d’un décor net par exemple.

5. Le filé

Le filé est justement l’effet radicalement inverse du point précédent. En effet, ici, le photographe va imprimer le flou de mouvement sur le décor et garder net le sujet en lui-même.

Cette technique est très souvent utilisée en photographie de sport, car son rendu visuel est impressionnant et stimule immédiatement le regard du spectateur.

Bien que sa mise en œuvre nécessite de l’entraînement pour le photographe, après quelques essais, tout le monde est capable de réussir ce type de rendu photographique. Je vous explique en détail cette technique dans l’article cet dédié.

Les personnes qui on lu cet article ont aussi lu :   50mm : que des avantages

6. Le zooming

Enfin, il peut arriver que le photographe cherche à introduire une notion de mouvement dans une scène où tout est statique.

Dans ce cas, il doit produire un mouvement avec son appareil photo durant la durée d’exposition de la prise de vue de manière cohérente avec les éléments de la scène photographiée.

Encore une fois, cette technique peut-être plus difficile à réaliser, mais avec plusieurs essais, il arrive fréquemment qu’on obtienne le résultat convoité.

Pour revenir globalement sur l’ensemble de ses techniques de prise de vue, il est clair que l’intĂ©rĂŞt de celles-ci est de rĂ©pondre au besoin d’expression du photographe. C’est pourquoi, je vous invite Ă  procĂ©der en deux temps pour acquĂ©rir et maĂ®triser le contenu de cet article :

  1. Mettez-les en œuvre sur des sujets quelconques régulièrement pour juste acquérir l’entraînement nécessaire et les réflexes associés dans le but d’avoir pleinement la capacité de les utiliser à bon escient lorsque vous serez face à une situation propice.
  2. Osez prendre le temps nécessaire à utiliser ses techniques lors des shootings photo qui vous tiennent à cœur. C’est en sortant de ses zones de confort que l’on progresse dans tout domaine, y compris en photographie.

A vous de pratiquer, et n’oubliez pas de prendre du plaisir Ă  chaque fois !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.